Maison de thé

     Le lieu traditionnel de divertissement est la “ maison de thé” qu'on appelle ici tchaïkhaneh. Les maisons de thé offrent outre le thé habituel, le narguilet, des plats iraniens et des spécialités régionales. Le thé constitue la boisson nationale et on le prépare remarquablement bien jusque dans les plus petites auberges. Selon les règles de l'hospitalité iranienne, l'hôte se doit d'offrir à son invité au moins un verre de thé avant d'aborder tout sujet sérieux et l'invité est prié de le boire.

     Partie intégrante du pays, hommes et femmes savourent silencieusement leur narguilet (qalyan), dans les maisons de thé, dans les parcs, à la maison et partout ailleurs. La maison de thé est le meilleur endroit pour siroter du thé, fumer et échanger avec les Iraniens qui répondent avec plaisir à toutes vos questions sur l'Iran et sont curieux de savoir tout sur votre pays.    

     Dans le passé, les maisons de thé constituaient le centre de la vie sociale des gens qui y passaient leur temps libre et faisaient circuler nouvelles et potins. Mais de nos jours ce rôle a perdu de son importance, mais elles sont toujours un lieu de rassemblement des gens pour se distraire et parfois se communiquer les nouvelles.

     Autrefois, pour attirer la clientèle, dans les maisons de thé, il y avait des manifestations culturelles et artistiques populaires parmi lesquelles on peut citer “Chah Nameh khani”, citation et représentation de certaines parties du “Livre des Rois” (Chah Nameh), du plus grand poète épique iranien Ferdovsi (940-1020), des lectures de poèmes ou de contes, des pièces de théâtres et des démonstrations amusantes avec les animaux , mais très peu ont perpétué cette tradition.

     La littérature populaire est abondante en persan et dans les nombreux dialectes. Il existe des formes de théâtre assez rudimentaires et plus ou moins improvisées, farces, théâtre d'ombre et de marionnettes. La littérature narrative et la poésie ont plus d'importance. Les récits du Livre des Rois sont bien connus dans le peuple grâce à des narrateurs professionnels (naqqal ) qui, dans certaines maisons de thé, les racontent autrefois pendant des heures à un auditoire attentif.

     Afin de sauvegarder les anciennes traditions, il a été créé un certain nombre de ces cafés qui accueillent leur clientèle de la même manière qu'autrefois. Beaucoup de demeures traditionnelles et de hammam s se sont transformés en maison de thé.